iBibliothèque - accueil

De l'origine des romans

Le premier tome de Zaïde (1669) est accompagné d'une Lettre à M. de Segrais, « De l'origine des romans ». L'auteur en est Pierre-Daniel Huet, principal « correcteur » du manuscrit de Zaïde. En retraçant l'histoire du « roman » comme genre littéraire, dont il trouve les origines dans l'Antiquité, il en fait l'apologie et en souligne le caractère éminemment moral.
« Autrefois, sous le nom de Romans, on comprenait non seulement ceux qui étaient écrits en prose, mais plus souvent encore ceux qui étaient écrits en vers. Le Giraldi et le Pigna, son disciple dans leurs Traités n'en reconnaissent presque point d'autres, et donnent le Boiardo, et l'Arioste pour modèles. Mais aujourd'hui l'usage contraire a prévalu, et ce que l'on appelle proprement Romans sont des fictions d'aventures amoureuses, écrites en prose avec art, pour le plaisir et l'instruction des lecteurs. Je dis des actions, pour les distinguer des histoires véritables. J'ajoute d'aventures amoureuses parce que l'amour doit être le principal sujet du Roman. II faut qu'elles soient écrites en prose, pour être conformes à l'usage de ce siècle. Il faut qu'elles soient écrites avec art, et sous de certaines règles autrement ce sera un amas confus sans ordre et sans beauté. La fin principale des Romans, ou du moins celle qui doit l'être et que se doivent proposer ceux qui les composent, est l'instruction des lecteurs à qui il faut toujours faire voir la vertu couronnée et le vice châtié. Mais comme l'esprit de l'homme est naturellement ennemi des enseignements, et que son amour-propre le révolte contre les instructions, il le faut tromper par l'appas du plaisir, et adoucir la sévérité des préceptes, par l'agrément des exemples et corriger ses défauts en les condamnant dans un autre. Ainsi le divertissement du lecteur, que le romancier habile semble se proposer pour but, n'est qu'une subordonnée à la principale qui est l'instruction de l'esprit, et la correction des mœurs ; et les Romans sont plus ou moins réguliers, selon qu'ils s'éloignent plus ou moins de cette définition et de cette fin. C'est seulement de ceux-là que je prétends vous entretenir et je crois aussi que c'est-là que se borne votre curiosité. »
Extrait du Traité de l'origine du roman (1670) écrit par Pierre-Daniel Huet.