iBibliothèque - accueil
Après un premier chapitre consacré à stigmatiser le fanatisme religieux des juges de Toulouse qui ont condamné à mort le protestant Jean Calas, Voltaire entreprend de montrer les avantages humains de la tolérance. Empruntant ses exemples à l'histoire, il entend prouver que l'intolérance n'est ni de droit divin ni de droit naturel, mais trouve sa source dans le fanatisme, lui-même engendré par la superstition, qui « est à la religion ce que l'astrologie est à l'astronomie : la fille très folle d'une mère très sage ». Exposés historiques, dialogues fictifs, témoignages, fausse lettre à un père jésuite, Voltaire multiplie les approches dans cette attaque virulente de sa principale ennemie.