iBibliothèque - accueil

Sentiment de petitesse

Pour la mettre en évidence la finitude de l'homme et la brièveté de sa vie, Bossuet envisage une vie de quatre-vingts, voire cent ans, mais la compare au « grand abîme du temps », le temps qui l'a précédée et celui qui la suivra. On trouve ici en germe la lucidité et l'intuition de l'argument fort qui feront la réputation du grand prédicateur.
Extrait
Ma vie est de quatre-vingts ans tout au plus ; prenons-en cent : qu'il y a eu de temps où je n'étais pas ! qu'il y en a où je ne serai point ! et que j'occupe peu de place dans ce grand abîme de temps ! Je ne suis rien ; ce petit intervalle n'est pas capable de me distinguer du néant où il faut que j'aille. Je ne suis venu que pour faire nombre, encore n'avait-on que faire de moi ; et la comédie ne se serait pas moins bien jouée, quand je serais demeuré derrière le théâtre. Ma partie est bien petite en ce monde, et si peu considérable que, quand je regarde de près, il me semble que c'est un songe de me voir ici, et que tout ce que je vois ne sont que de vains simulacres
Voir dans le texte