iBibliothèque - accueil

XII

Et s'il avouait n'y avoir point songé, c'étaient des reproches en abondance, et qui se terminaient toujours par l'éternel mot :
— M'aimes-tu ?
— Mais oui, je t'aime ! répondait-il.
— Beaucoup ?
— Certainement !
— Tu n'en as pas aimé d'autres, hein ?
— Crois-tu m'avoir pris vierge ? exclamait-il en riant.
Emma pleurait, et il s'efforçait de la consoler, enjolivant de calembours ses protestations.
— Oh ! c'est que je t'aime ! reprenait-elle, je t'aime à ne pouvoir me passer de toi, sais-tu bien ? J'ai quelquefois des envies de te revoir où toutes les colères de l'amour me déchirent. Je me demande : Où est-il ? Peut-être il parle à d'autres femmes ? Elles lui sourient ; il s'approche… Oh ! non, n'est-ce pas, aucune ne te plaît ? Il y en a de plus belles, mais moi je sais mieux aimer ! Je suis ta servante et ta concubine ! tu es mon roi ! mon idole ! tu es bon ! tu es beau ! tu es intelligent ! tu es fort !
Il s'était tant de fois entendu dire ces choses, qu'elles n'avaient pour lui rien d'original. Emma ressemblait à toutes les maîtresses ; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l'éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage. Il ne distinguait pas, cet homme si plein de pratique, la dissemblance des sentiments sous la parité des expressions. Parce que des lèvres libertines ou vénales lui avaient murmuré des phrases pareilles, il ne croyait que faiblement à la candeur de celles-là ; on en devait rabattre, pensait-il, les discours exagérés cachant les affections médiocres ; – comme si la plénitude de l'âme ne débordait pas quelquefois par les métaphores les plus vides, puisque personne, jamais, ne peut donner l'exacte mesure de ses besoins, ni de ses conceptions, ni de ses douleurs, et que la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.
Mais avec cette supériorité de critique appartenant à celui qui, dans n'importe quel engagement, se tient en arrière, Rodolphe aperçut en cet amour d'autres jouissances à exploiter. Il jugea toute pudeur incommode. Il la traita sans façon. Il en fit quelque chose de souple et de corrompu. C'était une sorte d'attachement idiot plein d'admiration pour lui, de voluptés pour elle, une béatitude qui l'engourdissait ; et son âme s'enfonçait en cette ivresse et s'y noyait, ratatinée, comme le duc de Clarence, dans son tonneau de malvoisie(64).
Par l'effet seul de ses habitudes amoureuses, Mme Bovary changea d'allures. Ses regards devinrent plus hardis, ses discours plus libres ; elle eut même l'inconvenance de se promener avec M. Rodolphe, une cigarette à la bouche, comme pour narguer le monde ; enfin ceux qui doutaient encore ne doutèrent plus, quand on la vit un jour descendre de l'Hirondelle, la taille serrée dans un gilet, à la façon d'un homme ; et Mme Bovary mère, qui, après une épouvantable scène avec son mari, était venue se réfugier chez son fils, ne fut pas la bourgeoise la moins scandalisée. Bien d'autres choses lui déplurent ; d'abord Charles n'avait point écouté ses conseils pour l'interdiction des romans ; puis le genre de la maison lui déplaisait ; elle se permit des observations, et l'on se fâcha, une fois surtout, à propos de Félicité.
Mme Bovary mère, la veille au soir, en traversant le corridor, l'avait surprise dans la compagnie d'un homme, un homme à collier brun, d'environ quarante ans, et qui, au bruit de ses pas, s'était vite échappé de la cuisine. Alors Emma se prit à rire ; mais la bonne dame s'emporta, déclarant qu'à moins de se moquer des mœurs, on devait surveiller celles des domestiques.
(64)Allusion au frère du roi d'Angleterre, Édouard IV. Ayant trahi celui-ci lors de la guerre des Deux-Roses (xve siècle), le duc fut condamné à mort. Il choisit pour supplice d'être noyé dans une barrique contenant son breuvage favori : le vin grec appelé « malvoisie ».