iBibliothèque - accueil

Quelques scènes mémorables

Outre leur dimension sociale, Les Misérables peuvent aussi se lire comme un roman historique. Certains passages évoquent des événements historiques avec une grande force. Dans sa préface écrite pour l'édition de 1985 chez Le Livre de Poche, Vercors considère même ces « morceaux de bravoure d'une véracité, d'une étendue, d'une précision et d'une puissance d'évocation proprement stupéfiantes ». D'ailleurs, le récit détaillé de la bataille de Waterloo, qui occupe tout le livre I de la deuxième partie, et à l'issue duquel on découvre Thénardier dépouillant les soldats morts, est composé durant et après un séjour sur les lieux au printemps 1861.
Des Trois Glorieuses à la Commune, tout le xixe siècle est parcouru de soulèvements populaires et de révoltes. Le livre I de la cinquième partie évoque l'émeute du 5 juin 1832, qui se déclenche à l'issue d'une manifestation républicaine, et narre dans un passage célèbre la mort de Gavroche, le gamin de Paris devenant alors une figure allégorique du peuple et de la liberté. Même si La Liberté guidant le peuple représente la période des Trois Glorieuses, le jeune garçon figurant dans cette œuvre de Delacroix, peintre romantique proche de l'auteur des Misérables, a certainement inspiré Hugo pour le personnage de Gavroche.
Eugène Delacroix (1798-1863), Le 28 juillet 1830 : la Liberté guidant le peuple, © RMN/ Hervé Lewandowski.