iBibliothèque - accueil
Parallèlement à la création de comédies-ballets, Molière continue à produire des grandes comédies, comme en témoignent Les Femmes savantes, pièce en cinq actes écrite en vers, et jouée en mars 1672 au théâtre du Palais-Royal. Après L'École des femmes, l'auteur reprend ici le thème de l'instruction des femmes, de leur rapport à la culture et de leur place dans la société. Cependant, cette fois, il raille leur pédantisme et semble plutôt s'inscrire dans la filiation des Précieuses ridicules. Si Molière ridiculise les excès et la vanité de Philaminte et Armande, ainsi que la folie de Bélise, il fait surtout la satire de Trissotin, le trois fois sot, probablement inspiré de l'abbé Cotin, l'un des ennemis de Molière. La pièce n'obtient à l'époque qu'un succès relatif.