iBibliothèque - accueil
Le Rideau cramoisi
Sous le Premier Empire, le vicomte de Brassard, jeune sous-lieutenant, est en pension chez de braves bourgeois de province. Ils ont une fille, Alberte, tout juste sortie du pensionnat pour vivre auprès d’eux. Dans ce milieu bon enfant, sa personnalité détonne : elle est à la fois d’une beauté sublime et d’une froideur polie. L’intérêt éveillé par sa beauté se mue en indifférence quand le jeune homme juge qu’elle est inaccessible. Pourtant, un soir, au dîner, malgré la présence de ses parents, la main d’Alberte se pose sur la sienne, puis son pied se fait pressant sur le sien. Le vicomte s’enflamme, lui écrit un billet, mais Alberte n’y répond pas, restant un long mois sur sa réserve habituelle. Un soir, elle apparaît dans la chambre au rideau cramoisi, celle du vicomte, après avoir traversé dans l’obscurité celle de ses parents. Elle se jette dans ses bras et se révèle une amante passionnée, mais toujours aussi silencieuse…
Le plus bel amour de Don Juan
Le « Don Juan » de Barbey se nomme Ravila de Ravilès. Il fréquente une Marquise du faubourg Saint-Germain, dont la fillette lui manifeste une constante aversion. Il attribue cette attitude au dépit qu’éprouverait l’enfant de se voir supplantée dans le cœur de sa mère. La fillette avoue un jour à sa mère qu’elle est enceinte… Comment est-ce possible ? Serait-ce l’œuvre de Don Juan ?
Le bonheur dans le crime
Le docteur Torty et le narrateur se promènent au Jardin des Plantes. Devant la cage de la panthère, un couple attire l’attention du narrateur. Il s’agit du comte et de la comtesse de Savigny. Le docteur Torty raconte alors leur histoire, pour montrer comment le bonheur peut se trouver dans un crime impuni. Fille d’un maître d’armes, Hauteclaire Stassin est une redoutable escrimeuse qui a remplacé son père dans ses fonctions et accueille dans sa salle la meilleure société de la ville. Elle devient la maîtresse du comte Serlon de Savigny. Un jour, elle disparaît. Elle a modifié son apparence et, devenue femme de chambre au château du comte, elle gagne la confiance de la châtelaine tout en continuant avec le comte sa liaison amoureuse et ses leçons d’escrime. Mais elle ne se contente pas de cette situation et le docteur Torty, qui est un témoin direct de ce lointain passé, sait de quelle manière Hauteclaire est devenue comtesse de Savigny…
Le dessous des cartes d’une partie de whist
Le jeu de whist est la distraction principale de la bonne société de cette ville de province où la comtesse de Stasseville, très riche veuve à la fois spirituelle et distante, intrigue par sa personnalité mystérieuse. Est-elle la maîtresse de ce Marmor de Kerkoël, un Écossais qui joue si bien aux cartes ? Le narrateur l’a surpris un matin instillant un mystérieux liquide noir dans une bague. Et voici qu’Herminie, la fille de la comtesse, paraît atteinte d’une langueur mortelle, et que sa toux semble coïncider avec les scintillements de la pierre. Est-elle victime d’un empoisonnement provoqué par sa propre mère ?
À un dîner d’athées
Une femme splendide, surnommée la Pudica, visage d’ange et aura de chasteté, est la maîtresse du major Ydow. En fait, elle se donne à tout le régiment. Ydow a surpris la Pudica cachetant une lettre, il la questionne. La querelle s’envenime et Ydow devient de plus en plus enragé à mesure que la Pudica lui révèle qu’elle en a aimé tant d’autres davantage que lui, et qu’il n’était même pas le père de ce fils qu’ils ont perdu. Il lui lance alors à la tête le cœur de l’enfant qu’il a conservé pieusement et entreprend de la punir de la pire façon qui soit…
La vengeance d’une femme
La duchesse de Sierra Leone, faussement accusée d’adultère par son époux, un « grand d’Espagne », assiste à la punition épouvantable de son amoureux. Sur l’ordre du mari, son cœur est arraché et jeté aux chiens. Révoltée et décidée à se venger de l’époux monstrueux, elle quitte l’Espagne et s’installe à Paris. Elle s’y prostitue volontairement avec un art consommé tout en revendiquant son identité pour mieux souiller le nom honni…