iBibliothèque - accueil

Jugements sur l'œuvre

Bussy-Rabutin (1618-1693)
« Il est entré plus avant que Théophraste dans le cœur de l'homme, il y est même entré plus délicatement et par des expériences plus fines. Ce ne sont point des portraits de fantaisie qu'il nous a donnés, il a travaillé d'après nature, et il n'y a pas une décision sur laquelle il n'ait eu quelqu'un en vue. Pour moi, qui ai le malheur d'une longue expérience du monde, j'ai trouvé à tous les portraits qu'il m'a faits des ressemblances peut-être aussi justes que ses propres originaux, et je crois que, pour peu qu'on ait vécu, ceux qui liront son livre en pourront faire une galerie.
Au reste, Monsieur, je suis de votre avis sur la destinée de cet ouvrage, que, dès qu'il paraîtra, il plaira fort aux gens qui ont de l'esprit, mais qu'à la longue, il plaira encore davantage… » (Extrait de la lettre au marquis de Termes, écrite le 10 mars 1688.)
Pierre Bayle (1647-1706)
« Il y a un autre livre [que les Essais de Morale de Nicole] fort propre à donner de l'esprit aux jeunes gens et à leur raffiner le goût : ce sont Les Caractères de ce siècle, par feu M. de La Bruyère ; c'est un livre incomparable. » (Extrait de la lettre à M. de Naudis, écrite le 29 octobre 1696.)
Vigneul-Marville
« Je loue la bonne intention qu'il a eue de réformer les mœurs du siècle présent, en découvrant leur ridicule ; mais je ne saurais approuver qu'il cherche ce ridicule dans sa propre imagination, plutôt que dans nos mœurs mêmes ; et qu'outrant tout ce qu'il représente, il fasse des portraits de fantaisie et non des portraits d'après nature, comme le sujet le demande. » (Extrait des Mélanges d'histoire, et de littérature écrits en 1699.)
Pierre-Joseph Thoulier d'Olivet (1682-1768)
« Pourquoi Les Caractères de M. de La Bruyère, que nous avons vus si fort en vogue durant quinze ou vingt ans, commencent-ils à n'être plus si recherchés ? Prenons-nous-en, du moins en partie, à la malignité du cœur humain. Tant qu'on a cru voir dans ce livre les portraits des hommes vivants, on l'a dévoré pour se nourrir du triste plaisir que donne la satire personnelle. Mais à mesure que ces gens-là ont disparu, il a cessé de plaire si fort par la matière. Et peut-être aussi que la forme n'a pas suffi toute seule pour le sauver, quoiqu'il soit plein de tours admirables, et d'expressions heureuses qui n'étaient pas dans notre langue auparavant. » (Extrait de l'Histoire de l'Académie française publiée en 1729.)
Vauvenargues (1715-1747)
« Nous faisons trop peu d'attention à la perfection de ces fragments, qui contiennent souvent plus de matière que de longs discours, plus de proportion et plus d'art… La Bruyère a cru, ce me semble, qu'on ne pouvait peindre les hommes assez petits ; et il s'est bien plus attaché à relever leurs ridicules que leur force. » (Extrait des Fragments publiés en 1746.)
Voltaire (1694-1778)
« On peut compter parmi les productions d'un genre unique Les Caractères de La Bruyère. Il n'y avait pas chez les anciens plus d'exemples d'un tel ouvrage que du Télémaque. Un style rapide, concis, nerveux, des expressions pittoresques, un usage tout nouveau de la langue, mais qui n'en blesse pas les règles, frappèrent le public ; et les allusions qu'on y trouvait en foule achevèrent le succès. Quand La Bruyère montra son ouvrage manuscrit à M. de Malézieu, celui-ci lui dit : "Voilà de quoi vous attirer beaucoup de lecteurs et beaucoup d'ennemis." Ce livre baissa dans l'esprit des hommes quand une génération entière, attaquée dans l'ouvrage, fut passée. Cependant, comme il y a des choses de tous les temps et de tous les lieux, il est à croire qu'il ne sera jamais oublié. » (Extrait du Siècle de Louis XIV publié en 1751.)
Stendhal (1783-1842)
« La Bruyère, n'a aucune sensibilité. Dans l'histoire d'Émire, on croit entendre un vieillard qui, du haut d'une fenêtre, a observé deux amants dans un jardin… Il y a peu de comique, chez La Bruyère, la sécheresse le chasse. Peut-être ne nous paraîtrait-il pas sec, si notre goût n'était formé par Jean-Jacques Rousseau, et la lecture des romans. Nous sommes accoutumés à voir des observations mêlées avec un peu de sensibilité. » (Extrait de Du style publié en 1812.)
Julien Benda (1867-1956)
« Dans l'ordre littéraire, vous êtes pleinement de notre époque. Elle l'a d'ailleurs compris. Elle vous vénère comme écrivain vous tient pour un de ses dieux.
D'abord parce que vous avez fait un livre non composé, pur d'une idée maîtresse autour de quoi tout s'organise – un livre inorganique… Nos modernes se réclament de vous, dont l'œuvre est délibérément un cahier de notes, prises sans plan directeur, à l'occasion, pendant vingt ans. Et, en effet, vous êtes bien le père de nos impressionnistes, de nos stendhaliens, de nos nietzschéens, de nos gidiens, de tous nos miliciens de l'écriture sporadique, de tous nos officiants du penser pulsatile. Et ils voient juste en vous faisant gloire d'avoir eu le cœur de fonder le genre en pleine tyrannie cartésienne, en pleine superstition du penser ordonné… » (Extrait d'« À Jean de La Bruyère » publié dans La Revue de Paris le 1er janvier 1934.)