iBibliothèque - accueil
Après Arlequin poli par l'amour, joué en 1720 par les Comédiens-Italiens et qui remporte un certain succès, Marivaux retrouve la troupe italienne dirigée par Luigi Riccoboni – Lélio – en mai 1722 pour la création de La Surprise de l'amour. Cette comédie en prose en trois actes connaît elle aussi le succès. La Comtesse et Lélio sont tous deux farouchement opposés à l'amour et ne sont pas avares de reproches à l'égard du sexe opposé. Cependant, leur rencontre ne manquera pas de bouleverser leurs résolutions, l'amour les surprenant bien malgré eux. Marivaux met ici en scène avec subtilité et brio les progrès secrets de l'amour dans le cœur des deux personnages. Si la pièce rencontre un triomphe à l'époque, c'est aussi qu'elle est portée par une jeune comédienne dont le talent s'affirme et dont la carrière sera désormais intimement liée à celle de Marivaux : Gianetta Benozzi, dite Silvia. La pièce tombe quelque peu dans l'oubli au xixe siècle et souffre peut-être de nos jours, surtout depuis la deuxième moitié du xxe siècle, du succès de sa « suite » : La Seconde Surprise de l'amour.