iBibliothèque - accueil

Manuscrit original d'une pièce de l'auteur

Manuscrit de la pièce La Dame de chez Maxim.
Manuscrit de la pièce La Dame de chez Maxim.
© Droits réservés.
[…]
L'ABBÉ
Ah ! Madame, c'est trop d'honneur, vous qui devez chanter si bien.
LA MÔME
Pff !
L'ABBÉ
Oh si ! Je vois ça à votre figure.
LA MÔME
Mon Dieu, qui c'ty qui ne chante pas un peu dans notre monde.
L'ABBÉ
Ah ! Charmant ! Vous avez une façon si piquante de dire les choses, vous autres Parisiennes.
LA MÔME
Oh ! Vous nous flattez, M. l'Abbé.
L'ABBÉ
Ah si ! Ah paris, Paris ! Non quand je pense que je n'y ai jamais été.
LA MÔME
Non ? Oh ! Mais il faut y venir, M. l'Abbé.
L'ABBÉ
Oh ! C'est bien mon intention et je me permettrai alors d'aller vous présenter mes respects.
LA MÔME
Comment donc, mais je vous le demande.
L'ABBÉ
Toutefois ? Un ecclésiastique ne vous fait pas peur.
LA MÔME
Vous voulez rire ! Mon Dieu, je ne vous cache pas que je n'ai pas beaucoup l'habitude d'en recevoir.
L'ABBÉ (très galant)
C'est eux qui y perdent.
LA MÔME
Ah ! (À part.) Mais il est très galant, le curé.
L'ABBÉ
Ce que j'admire surtout chez vous autres Parisiennes…
LA MÔME
C'est le chic.
L'ABBÉ
Le chic, mon Dieu, ça ce n'est pas de mon ressort, mais c'est sous une apparence un peu frivole, peut-être, un cœur d'or… ainsi quand il s'agit de faire la charité.
LA MÔME
Ah ! La charité… n'est-ce pas le devoir de tout être de secourir son prochain ?
L'ABBÉ
Ah oui ! Mais…
LA MÔME
Mais si, mais si (appelant Lucien).
PETIPONT (enchanté de quitter le groupe pour retourner à la Môme dont il épie depuis longtemps les gestes)
Pardon, ma femme m'appelle.
LA MÔME
Lucien, as-tu dix louis sur toi ?
PETIPONT
Euh ! moi ?… euh ! non.
LA MÔME
Bon ! eh bien, donne-les à M. l'Abbé à qui je les ai promis pour ses pauvres.

[…]