iBibliothèque - accueil

Repères chronologiques

1862
Naissance à Paris de Georges, fils présumé du romancier Ernest Feydeau et de la jeune Leocadie Bogaslawa Zelewska.
1866
Naissance de Valentine, sa sœur.
1869
Georges est emmené pour la première fois au théâtre : c'est là que naît sa vocation de dramaturge. Dès le lendemain, il compose sa première pièce.
1873
Décès d'Ernest Feydeau, qui est inhumé au cimetière Montmartre à Paris.
1876
Interne au lycée Saint-Louis depuis 1872, Georges crée le « Cercle des Castagnettes » avec un ami amateur de théâtre, Fernand Samuel – futur Adolphe Louveau, directeur du théâtre de la Renaissance. Ce cercle donne des concerts musicaux et des pièces de théâtre. La mère de Georges se remarie avec le chroniqueur Henry Fouquier.
1881-1882
Création de petits monologues (Trop vieux, J'ai mal aux dents, etc.), représentés à l'occasion de divers galas, dans un milieu de passionnés de théâtre. Feydeau y noue des relations utiles dans le monde artistique. En 1882, il compose une pièce en un acte, Par la fenêtre, avec laquelle il obtient son premier succès d'auteur.
1883
Écriture d'Amour et Piano – pièce en un acte qui rencontre un relatif succès –, de Gibier de potence – comédie-bouffe en un acte – et de quelques monologues – Le Potache, Le Petit Ménage, Aux antipodes… Durant son service militaire, Feydeau rédige sa première grande pièce, Tailleur pour dames.
1884
Feydeau devient secrétaire général du théâtre de la Renaissance grâce à son ami Adolphe Louveau.
1885
Première représentation publique de Gibier de potence, une comédie en un acte. Feydeau tient une rubrique théâtrale dans le journal Le xixe siècle, dirigé par son beau-père Henry Fouquier.
1888
Feydeau rencontre une série d'échecs avec ses vaudevilles – Un Bain de ménage, Chat en poche, Les Fiancés de Loches.
1889
Nouvel échec avec L'Affaire Édouard, une comédie-vaudeville créée avec son collaborateur Maurice Desvallières. Il épouse Marie-Anne Carolus-Duran, fille du peintre.
1890
Naissance de sa fille aînée, Germaine.
1891
Déboires financiers, liés à son goût pour les casinos, au train de vie dépensier de sa femme, et qui se trouvent aggravés par des spéculations boursières.
1892
Naissance de Jacques, son deuxième enfant. Feydeau obtient ses premiers grands succès avec Monsieur chasse – comédie en trois actes qui donnera lieu à cent quatorze représentations –, Champignol malgré lui – pièce en trois actes qui sera représentée quatre cent soixante-sept fois en deux ans – et Le Système Ribadier.
1894
Création des pièces Un fil à la patte et L'Hôtel du libre-échange qui sont toutes deux saluées par la critique. Fin de la collaboration entre Feydeau et Maurice Desvallières.
1896
Création du Dindon – pièce en trois actes qui rencontre un immense succès.
1897
Écriture de Séance de nuit et de Dormez, je le veux ! – comédies en trois actes.
1899
Création de la pièce La Dame de chez Maxim qui remporte un triomphe : jouée toute l'année, elle est reprise l'année suivante. Feydeau profite de ce succès pour se consacrer à sa passion pour la peinture. Il achète également un grand nombre de toiles impressionnistes.
1900
Naissance de Michel, son troisième enfant.
1901
Malgré son succès, Feydeau rencontre de nouveaux problèmes financiers : il doit mettre en vente sa collection de tableaux (Boudin, Cézanne, Renoir…).
1903
Naissance de Jean-Pierre – son quatrième et dernier enfant –, dont la marraine sera la fille de Dumas fils, et le parrain Alfred Capus.
1904
Création de La Main passe – pièce en quatre actes très appréciée par le public.
1905
Bon accueil de L'Âge d'or. Cette pièce à grand spectacle ne restera à l'affiche que deux mois en raison d'un coût de réalisation élevé.
1906-1908
Écriture du Bourgeon (1906), de La Puce à l'oreille (1907), d'Occupe-toi d'Amélie et de Feu la mère de Madame (1908).
1909
Feydeau quitte le domicile conjugal et s'installe à l'hôtel Terminus, dans le quartier de la gare Saint-Lazare. Échec du Circuit – pièce en trois actes et quatre tableaux, écrite avec Francis de Croisset.
1911
Succès de Mais n'te promène donc pas toute nue ! – une comédie en un acte.
1912-1914
Feydeau est élu vice-président de la Société des Auteurs dramatiques.
1916
Création d'Hortense a dit : « Je m'en fous ! », dernière pièce en un acte de l'écrivain. Divorce de Feydeau. Son ex-femme obtient la garde des enfants.
1919
Projets d'écriture de scénario – jamais aboutis – pour Charlie Chaplin. Feydeau est interné dans une maison de santé de Rueil-Malmaison, pour troubles mentaux liés à la syphilis.
1921
Mort du dramaturge qui est inhumé au cimetière Montmartre.