iBibliothèque - accueil
Écrite en 1836, cette pièce prend elle aussi pour titre un proverbe que l'on pourrait expliquer ainsi : il faut éviter d'être trop sûr de soi car tout peut changer. Dans Il ne faut jurer de rien, il est question d'amour, d'inconstance, de mensonge et de tromperie, thèmes fréquents chez Musset.
Alors que son oncle et tuteur – M. Van Buck – refuse de lui prêter de l'argent s'il ne s'établit pas enfin dans le mariage, Valentin souhaite lui prouver que cette union est une tromperie assurée. Menant une vie légère, il ne croit pas à la vertu des femmes et estime que se marier, c'est prendre le risque d'être trompé. À l'insu de son oncle, Valentin accepte de rencontrer Mlle Cécile de Mantes, sa promise, dans le but de démontrer l'inconstance de la jeune fille. Il parie en effet qu'il parviendra à séduire la belle en trois jours.
Cette œuvre théâtrale, dont le ton est celui de la drôlerie et de l'humour, sera représentée douze années plus tard et connaîtra un grand triomphe.