iBibliothèque - accueil
Les Fables, qui se divisent en douze livres publiés dans trois recueils, constituent l'œuvre principale du poète français La Fontaine.
En 1668 paraît chez l'éditeur Barbin Fables choisies et mises en vers par M. de La Fontaine, le premier recueil des fables. Illustré par François Chauveau et dédié au Dauphin (fils de Louis XIV alors âgé de sept ans), il se compose de cent vingt-quatre fables réparties dans les livres I à VI. La Fontaine témoigne de son goût de la vie champêtre à travers les chiens, les chasseurs, les gibiers qui animent ses textes. Le premier recueil marque l'avènement d'un genre nouveau : la fable appartient désormais au domaine de la poétique – et non plus seulement à celui de la rhétorique – et son écriture en vers est reconnue. Elle est destinée à illustrer une leçon de morale, par le biais de personnages qui sont souvent des animaux doués de parole. L'intention du fabuliste est didactique.
En 1671 est publié un autre volume, Fables nouvelles et autres poésies de M. de La Fontaine, qui s'ouvre sur huit fables inédites. Celles-ci sont reprises en 1678 et 1679 dans le deuxième recueil qui réunit quatre-vingt-neuf fables dans les livres VII à XI. Des évolutions sont manifestes par rapport au premier recueil : La Fontaine s'inspire du monde oriental et nuance davantage ses descriptions des êtres et des choses, tout en les rendant plus mordantes avec une pointe d'humour noir. Il se montre aussi plus bienveillant à l'égard du monde animal, mais plus sévère envers la nature humaine.
En 1693 sont imprimées les Fables choisies par M. de La Fontaine, qui constituent le livre XII. Cet ouvrage, dédié au duc de Bourgogne (petit-fils de Louis XIV), rassemble des pièces éparses, parmi lesquelles toutes les fables parues depuis 1685 et le récit mythologique « Philémon et Baucis » qui célèbre la fidélité conjugale.
Les Fables de La Fontaine restent l'un des plus grands succès de librairie du xviie siècle. Cette œuvre apparemment simple se caractérise par une diversité des sens qui donne lieu à une multiplicité d'interprétations.