iBibliothèque - accueil
Voltaire a plus de 65 ans et est déjà l'homme de lettres français le plus célébré quand il écrit Candide. Cet ouvrage est publié en 1759 à Genève, puis presque simultanément en France et en Angleterre. C'est un succès de librairie exceptionnel pour son temps : en une seule année, plus de 20 000 exemplaires sont vendus dans toute l'Europe.
Le conte philosophique étant considéré à l'époque comme un genre mineur, Voltaire signe Candide d'un obscur pseudonyme, « Monsieur le Docteur Ralph ». Cela lui permet aussi de contourner la censure.
Voltaire utilise, comme toujours, son implacable ironie pour mener une attaque foudroyante contre la philosophie de l'optimisme. Il faut ici rappeler que le néologisme « optimisme », si usité aujourd'hui, venait de faire son apparition au siècle de Voltaire, notamment comme concept de base dans la pensée de Leibniz et de son disciple Wolff.
Deux événements majeurs sont à l'origine du scepticisme amer de Voltaire dans Candide : le terrible tremblement de terre qui détruisit la ville de Lisbonne en 1755, et les horreurs de la guerre de Sept Ans (1756-1763) qui battait alors son plein.
Plaidoyer antimilitariste contre l'absurdité et la cruauté des conflits armés, Candide est aussi une charge farouche à l'encontre des hommes de religion et de leurs vaines disputes.